featured_La-tour-sombre-dark-tower

LA TOUR SOMBRE

Sans intérêt

Le dernier Pistolero, Roland Deschain, est condamné à livrer une éternelle bataille contre Walter O’Dim, alias l’Homme en noir, qu’il doit à tout prix empêcher de détruire la Tour sombre, clé de voûte de la cohésion de l’univers. Le destin de tous les mondes est en jeu, le bien et le mal vont s’affronter dans l’ultime combat, car Roland est le seul à pouvoir défendre la Tour contre l’Homme en noir…

Sombre navet.

Initialement, Ron Howard devait mettre en scène un prologue sur grand écran de l’univers La tour sombre imaginé par Stephen King, avant une exploitation télévisée de la suite des aventures. Mais ce projet fut abandonné au profit de ce long-métrage confié à Nikolaj Arcel (auteur du très bon Royal affair) avec Idris Elba en tête d’affiche. Et un budget conséquemment réduit à 60M$, l’équivalent d’une production de type rom-com ou comique. Étonnant lorsque le genre fantastique est habitué à des porte-feuilles bien plus garnis.

Les changements de plans transparaissent inévitablement dans le produit final qui ne satisfera ni les fans de King, ni les amateurs de fantasy, ni les groupies de McConaughey. Une catastrophe qui évoque de faiblards épisodes de fictions TV devant se contenter d’effets visuels bon marché et d’une intrigue précipitée pour rentrer dans les clous. Presque incompréhensible pour un spectateur qui n’aurait pas lu les livres, La tour sombre donne l’impression de s’effondrer dès la fin du prologue (pourtant convenable) sans jamais se relever. Le spectateur, lui, sombre progressivement dans l’ennui alors que le film fait le va-et-vient entre New York et la terre du milieu, dans une bataille apocalyptique que Soron aurait volontiers snobée.

En ayant voulu simplifier la story originelle – ce serait bête de faire réfléchir celui qui regarde – pour le faire rentrer dans un blockbuster conventionnelle de 95 minutes, sacrifiant l’exposition et le passé de ses protagonistes, la production n’a réussi qu’à rendre son entreprise complètement stupide et indigne du moindre intérêt – pas même la coolitude bad-ass d’Elba.

La fiche

LA TOUR SOMBRE
Réalisé par Nikolaj Arcel
Avec  Idris Elba, Matthew McConaughey, Tom Taylor…
Etats-Unis – Fantastique
Sortie : 9 août 2017
Durée : 95
 min




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre