featured_homme-fidele

L’HOMME FIDÈLE

La fiche
L'homme fidèle affiche

Réalisé par Louis Garrel – Avec Laetitia Casta, Louis Garrel, Lily-Rose Depp…
France – Comédie romantique – Sortie : 26 décembre 2018 – Durée : 75 min

Synopsis : Abel et Marianne sont séparés depuis 10 ans. Alors qu’ils se retrouvent, Abel décide de reconquérir Marianne. Mais les choses ont changé : Marianne a un fils, Joseph, et sa tante, la jeune Ève, a grandi. Et ils ont des secrets à révéler….

Les jeux de l’amour et du hasard

L’homme fidèle est le second long métrage réalisé par Louis Garrel, après Les deux amis, sorti en 2015, dont il a conservé le prénom de Abel pour incarner lui-même le personnage principal du film. Épaulé par Jean-Claude Carrière au scénario, L’homme fidèle oscille entre le vaudeville parisien bobo et le thriller inquiétant, dans une chorale de voix hors-champ qui se déploient sous l’égide du trio Garrel, Casta et Depp. Le basculement, car glissement il y a, s’opère grâce à l’intervention de Joseph (Joseph Engel, excellent acteur par ailleurs), le fils de Marianne (Laetitia Casta), féru d’histoires policières, dont l’imagination foisonnante servira de contremarche à la subjectivité de Abel (Louis Garrel). Il est aberrant de croire un enfant qui voudrait que sa mère soit la meurtrière de son père, mais après tout, pourquoi pas ?

C’est ainsi que la femme, dans son symbolisme et son unicité, se scinde entre Marianne, timide, ferme et superbe à la fois, et Ève (Lily-Rose Depp), femme enfant tout juste rentrée dans l’âge adulte, aux désirs impérieux. Les deux vont se battre dignement pour l’homme qu’elles pensent aimer, dans une guerre de tranchées dont la dignité met en exergue les aspérités et la fragilité de chacune. Là où Marianne semble finalement plus sentimentale et aimante que le détachement qu’elle affiche, Ève est en réalité bien plus lucide sur la nature de son affection envers Abel. En moins d’une heure trente, chacun des personnages voit son moi décortiqué à l’envi de l’autre, dans une rivalité dont on ne peut qu’espérer un dénouement heureux.

Une affaire de veulerie

La particularité de L’homme fidèle, c’est son intention scénaristique volontaire de faire d’Abel un homme non seulement en proie aux affres du hasard, mais aussi aux choix des autres. Car Abel ne décide de rien : il est tout autant tiraillé que baladé entre deux femmes, qui le récupèrent et le renient lorsqu’elles le décident. Parce que les femmes de sa vie ne savent pas ce qu’elles veulent, que lui le sait encore moins, sa passivité s’étale de manière édifiante à la caméra. Dans une autre catégorie, Joseph lui réserve le même sort, tel un enfant démiurgique qui entraîne les adultes dans ses histoires fantasmagoriques, pour tenter de colorer sa vie morne qui s’inscrit dans l’après du deuil. De Abel, Joseph n’en veut pas vraiment, car cet homme, qui lui dit que sa mère ne pourra pas toujours lui être exclusive, se comporte aussi comme un petit garçon, rechignant aux chambres de bonne parisiennes, et bien heureux de pouvoir résider dans un grand appartement, à l’abri du besoin d’espace.

Malgré une histoire qui semble tirée par les cheveux, Louis Garrel s’en sort grâce au supplément d’âme apporté à l’ensemble, avec une bienveillance qui permet d’éviter toute exaspération, en rendant l’ensemble touchant comme une chronique de la vie quotidienne.


La bande-annonce