l-ennemi

L’ENNEMI

Un célèbre homme politique est accusé d’avoir tué son épouse retrouvée morte, une nuit, dans leur chambre d’hôtel. Est-il coupable ou innocent ? Personne ne le sait. Et peut-être lui non plus.

Critique du film

Pour son quatrième long-métrage, le réalisateur belge Stephan Streker signe une œuvre intrigante qui n’est pas celle que l’on pense visionner. Loin d’être un thriller politique auquel on pourrait s’attendre, L’ennemi interroge surtout sur le rapport que chacun entretient avec ce qu’il considère comme la vérité. Il le questionne d’abord à travers les yeux des personnages : Louis Durieux, qui apparaît dans chaque scène, prétend ne pas se souvenir des circonstances du drame, ne se pense ni coupable, mais pas innocent pour autant. Son entourage fait immédiatement bloc derrière lui en croyant à son innocence – l’opinion publique au contraire, le considère d’emblée coupable. Par parallélisme, le spectateur ne sait pas sur quel pied danser et chacun aura probablement sa propre idée, confirmant l’intention du scénario : la vérité n’est pas un concept objectif, absolu, mais serait bien malléable par le ressenti et l’interprétation des faits de chacun.

Au delà de ce constat, L’ennemi est aussi, dans une moindre mesure, un film sur la Belgique. Très librement inspiré d’une histoire vraie, le film permet au spectateur de découvrir – ou redécouvrir – les spécificités du pays : un potentiel futur Premier ministre belge qui est un inconnu pour la moitié du pays, et qui ne comprend ni ne parle le flamand pourtant langue officielle. Autant d’éléments qui vont provoquer une légère fracture culturelle, jouant sur l’enquête de police et la justice.

Du côté de la distribution, Jérémie Renier est impeccable en Louis Durieux, d’une justesse assez rare, démontrant à nouveau son expérience évidente du métier. Alma Jodorowsky apporte une composition honnête du personnage de Maeva, tornade sensible et intense, dont la présence fantomatique hante tout le film. Sans être un film parfait (on retiendra à ce titre la question des violences protéiformes au sein d’un couple, sous-traitée même si le film n’a pas pour ambition d’en être le sujet), L’ennemi demeure une œuvre honnête qui ne manquera pas de questionner le spectateur.

Bande-annonce

26 janvier 2022 – De Stephan Streker, avec Jérémie Renier, Alma Jodorowsky et Emmanuelle Bercot.