featured_it-must-be-heaven

IT MUST BE HEAVEN

La fiche

Réalisé par Elia Suleiman Avec Elia Suleiman, Tarik Kopty, Kareem Ghneim
Palestine Comédie dramatique – Sortie : 2019 – Durée : 97mn

Synopsis : ES fuit la Palestine à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil, avant de réaliser que son pays d’origine le suit toujours comme une ombre. La promesse d’une vie nouvelle se transforme vite en comédie de l’absurde. Aussi loin qu’il voyage, de Paris à New York, quelque chose lui rappelle sa patrie. Un conte burlesque explorant l’identité, la nationalité et l’appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale : où peut-on se sentir  » chez soi  » ?

La critique du film

Le prétexte du voyage pour provoquer une mise en abyme et la redécouverte de son moi profond, le motif est connu, mais exploité avec brio par Elia Suleiman dans son nouveau film. It must be heaven ressemble trait pour trait à son auteur, qui va jusqu’à jouer le premier rôle, sous son propre nom, comme une extension burlesque de sa vie, dans son style personnel qui tangue gentiment en direction de Jacques Tati.

Fâché par sa terre natale qu’il ne reconnaît plus, le cinéaste commence une migration à l’étranger pour questionner la notion du chez-soi. Dans cette perspective il égratigne avec humour ces terres d’accueil devenues également un peu folle et une caricature d’elles-même. Le regard étranger qu’utilise Suleiman est brillant, en quelques plans il se moque avec bienveillance de la manie parisienne du transport ridicule, ces roues mécaniques qui pullulent à Paris sans qu’on sache trop pourquoi, mais aussi du vide humain parfois criant.

Burlesque à la Keaton

Un des choix intéressants du film est le silence de son personnage, économe de ses effets, utilisant peu de gestes pour se faire comprendre, dans un langage universel d’une clarté absolue. Ainsi, une simple scène avec un oiseau devient un grand moment de comédie. L’homme tape sur le clavier de son ordinateur, le volatile veut l’en empêcher en montant sur la machine. Ce petit jeu de mains est sans doute le moment le plus drôle du film. On pourrait être chez Buster Keaton tellement seul le corps imprime le mouvement et l’émotion dans cette petite scène muette et virtuose. Cela reflète toute la réussite du film : un mouvement de tête du « pope » dans la première scène, un mouvement d’épaule, un voisin qui fait des moulinets avec son tuyau d’arrosage, Elia Suleiman n’avait pas besoin de mots pour raconter son histoire et faire rire. Il est d’ailleurs éloquent que les deux seuls mots qu’il prononce pendant 1h37 soit « Nazareth » et « Palestinian ».

Même dans l’économie verbale le réalisateur d’Intervention divine reste un amoureux de son pays, qu’il a fait exister dans tous ses films. Dans un exemple comme celui-ci, les représentations sont encore plus importantes qu’à l’accoutumée. C’est par le cinéma d’un auteur aussi puissant et important que Suleiman, qu’un état comme la Palestine, empêché par une situation conflictuelle depuis des décennies, peut quelque part exister.

Un peu de magie

It must be heaven est de ces œuvres qui provoquent de l’enthousiasme de son public. Son humour léger et rassembleur permet de faire passer un message d’espoir fondamental. Présenté en compétition à Cannes, il a permis en toute fin de deuxième semaine d’apporter la bouffée de fraîcheur nécessaire et revigorante. Elia Suleiman rappelle également que le cinéma est un art qui développe des dizaines de visages et que sa grammaire est multiple. Sa mise en scène sobre est maîtrisée, s’amusant par instant à sortir du réel le temps d’un jonglage improbable avec un détecteur de métal devenu instrument magique.

Elia Suleiman est un cinéaste d’un genre en voie de disparition, perdu au milieu de dizaines de formalistes bien sérieux. C’est un artiste généreux, qui offre un regard sur le monde qui est presque celui d’un enfant, qui rit des absurdités du monde et en joue avec délectation pour mieux nous alerter sur sa préciosité. Car en effet on ne peut se passer de ce type de démarche cinématographiques, qui enrichissent nos vies et saupoudrent sur nos consciences le peu de magie qui demeure encore dans des situations trop sérieuses et plombantes.



En compétition au festival de Cannes 2019