featured_ham-on-rye

HAM ON RYE

La fiche

Réalisé par Tyler Taormina – Avec Haley Bodell, Cole Devine, Lori Beth Denberg – Comédie dramatique – Etats-Unis – 1h24

Tous les adolescents de la ville natale de Haley se parent de leurs plus beaux atours pour, comme il est de coutume de dire, « le plus important jour de leur vie ». Enthousiastes, ils traversent la ville en ordre dispersé, en route vers un destin inconnu. Haley, en revanche, marche d’un pas plus réticent, sceptique sur le bien-fondé de cette tradition éculée au rite de passage étrange qui les attend au bout du chemin. Arrivés à l’épicerie du quartier, une curieuse cérémonie va décider du sort de leur génération, amenant certains adolescents à échapper à leur banlieue et condamnant les autres à y rester…

La critique du film

Après un passage au festival de Locarno, c’est au tour de Deauville d’accueillir Ham On Rye, premier film du réalisateur Tyler Taormina. Chronique adolescente nébuleuse, le film retrace les destins croisés de plusieurs adolescent.e.s qui s’apprêtent à passer un rituel étrange qui décidera de leur destin. 

On pense d’abord à un croisement bâtard entre Robert David Mitchell et Gregg Araki, dans lequel la banlieue se transforme en un lieu aussi féerique que grotesque. Par ses gros plans et son atmosphère cotonneuse, le film capte par la métonymie toute la maladresse adolescente : vernis mal appliqué, appareils dentaires et mains qui s’effleurent avec une certaine naïveté. Plus contemplatif que narratif, le film se construit autour de scénettes dans lesquelles s’échappent des bribes de conversation autour du sexe et de l’ennui. 

Puis le film bascule, après un rituel bizarre, dans une seconde partie plus sombre. Naviguant entre deux temporalités, la banlieue se transforme en ville fantôme, vidée de l’énergie de tous ses adolescent.e.s devenu.es adultes. Un cycle de la vie et de l’ennui que le réalisateur n’hésite pas à faire ressentir. Étirant ses scènes à l’extrême et accumulant les personnages, le film finit par se perdre à son propre jeu, laissant ses spectateur.ice.s dans une confusion lassante. 

Si l’on reconnaît volontiers sa jolie photographie, Ham On Rye est un teen-movie étrange duquel on ressort plus ennuyé que fasciné. 



Bande-annonce US

En compétition en Festival de Deauville 2019