featured_England-is-mine

ENGLAND IS MINE

Prometteur

Portrait de Steven Patrick Morrissey et le début de sa vie à Manchester dans les années 70 avant qu’il ne devienne le chanteur emblématique du groupe: The Smiths.

Please, Please, Please, Let Me Get What I Want.

Le rock britannique est presque une source d’inspiration inépuisable pour le cinéma. C’est donc au chanteur du groupe culte The Smiths, Morrissey, d’avoir droit à son biopic. England is Mine s’arrête cependant aux portes de la formation du groupe et s’attache plus à retracer l’adolescence de celui qui se faisait encore appeler Steven, et à tenter de décoder la source de sa personnalité complexe. Et c’est là toute l’originalité et l’intérêt d’England is Mine qui a autant un côté rock qu’anti-rock.

Steven Morrissey nous apparaît ainsi d’abord comme un adolescent taciturne, sûr de son talent et dénigrant quiconque ne voit pas en lui un grand artiste naissant, alors même que le jeune homme préfère se réfugier derrière la critique de la scène rock émergeante plutôt que monter lui-même sur scène. Mais tout cela ne cacherait-il pas une timidité maladive, un mal-être dans un monde dans lequel il ne se reconnaît pas ? Mark Gill, dont c’est le premier long métrage, réussit bien à capter cet entre-deux, cette arrogance ayant pour source un total manque de confiance en soi. England is Mine scrute aussi un moment bien particulier de la vie, où il est donné à tout adolescent de choisir entre rêve et raison. Une frustration qui peut mener jusqu’à la dépression chronique. C’est d’ailleurs dans son ambiance constante de dépression latente qu’England is Mine trouve son côté le plus rock, plus que dans ses séquences de concerts ou de création, finalement assez rares. Mark Gill s’intéresse en fait peu au futur Morrissey chanteur, en témoigne la rencontre avec Johnny Marr, qui donnera naissance aux Smiths, qui n’est filmée que comme l’ultime étape du processus d’accomplissement du personnage. Les influences de Morrissey, elles, n’apparaissent qu’au détour des décors, de quelques citations littéraires ou d’une BO qui s’insinue souvent en arrière plan.

Si Mark Gill peine à se détacher d’une mise en scène un peu trop académique et à parfois du mal à aller au fond des choses, il n’en démontre pas moins une propension à ne pas tomber, au moins en partie, dans les pièges du biopic, à créer une ambiance palpable, et à aborder le film rock sous un angle différent à travers un personnage peu consensuel. Ce qui est pour le moins prometteur quant à la suite de sa carrière de réalisateur.

La fiche
England is mine

ENGLAND IS MINE
Réalisé par Mark Gill
Avec Jack Lowden, Jessica Brown Findlay, Jodie Comer…
Grande-Bretagne – Drame musical
Sortie : 7 février 2018
Durée : 94 min




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de