featured_A-Room-With-a-View

CHAMBRE AVEC VUE

Lucy Honeychurch, en voyage à Florence avec une vieille cousine, tombe amoureuse d’un jeune Anglais, qui comme elle a été témoin d’un meurtre. Mais, elle étant « convenable » et lui pas, elle rompt puis s’impose des fiançailles de convenances avec un autre. Ayant désespéré tour à tour les deux jeunes hommes, malheureuse, elle décide de repartir, pour Athènes cette fois.

Mensonges et jeu social

Adapté d’un roman paru en 1908 d’Edward Morgan Forster (Avec vue sur l’Arno), Chambre avec vue , réalisé en 1985 par James Ivory est le premier des trois films que le metteur-en-scène consacra à l’œuvre de cet écrivain, avant Maurice (1987) et Retour à Howards End (1991).

Fidèle à l’esprit des romans d’E.M. Forster, Chambre avec vue est tout autant un film sur le parcours d’une femme qui va se découvrir, s’émanciper et s’épanouir dans un amour réciproque qu’une œuvre sur les convenances, le jeu social et les mensonges qu’on sert aux autres ou à soi-même. Les personnages sont souvent prisonniers des codes de leur classe et de leur époque. Lucy, malgré son tempérament a bien du mal, dans un premier temps, à savoir ce qu’elle veut réellement et à s’affranchir de la tutelle encombrante d’une cousine faussement altruiste. Il est également question d’une époque qui sera bientôt révolue, d’une page qui se tourne pour une société corsetée et étouffante.

La distribution est exceptionnelle : Helena Bonham Carter, Maggie Smith, Denholm Elliott, Julian Sands, Daniel Day Lewis et Simon Callow offrent des interprétations magnifiques et tout en nuances dans ce film intimiste mais non exempt de scènes plus charnelles (le réjouissant bain improvisé dans les bois) ou crues (la rixe à Florence). L’élégance de la mise-en-scène est au service d’une œuvre intelligente et profonde, où tout est suggéré.

La restauration du film, pour cette ressortie au cinéma orchestrée par Carlotta, met magnifiquement en valeur le travail du chef opérateur Tony Pierce-Roberts (Il avait précédemment travaillé avec Jerzy Skolimowski sur Travail au noir). La photographie magnifie les paysages de Toscane et de la campagne anglaise, comme les scènes d’intérieur dans de très beaux décors. Quant à certains gros plans sur les visages d’Helena Bonham Carter, on croirait contempler des gravures ou des peintures du début du XXème siècle.

Récompensé à de multiples reprises (Oscar, BAFA, Golden Globes notamment), Chambre avec vue est un film somptueux visuellement et une description très fine d’un parcours amoureux et psychologique.


DÉCOUVREZ CHAQUE DIMANCHE UN CLASSIQUE DU CINÉMA DANS JOUR DE CULTE.

22 janvier 2020 (ressortie en salle)