featured_BlueJasmine

BLUE JASMINE

5
Surestimé

ALORS QU’ELLE VOIT SA VIE VOLER EN ÉCLAT ET SON MARIAGE AVEC HAL, UN HOMME D’AFFAIRE FORTUNÉ, BATTRE SÉRIEUSEMENT DE L’AILE, JASMINE QUITTE SON NEW YORK RAFFINÉ ET MONDAIN POUR SAN FRANCISCO ET S’INSTALLE DANS LE MODESTE APPARTEMENT DE SA SOEUR GINGER AFIN DE REMETTRE DE L’ORDRE DANS SA VIE.

Escrocs mais pas trop

Depuis dix ans, on ne peut pas dire que Woody Allen ne nous enthousiasme particulièrement. Son dernier film majeur remonte à Match Point (2005), l’époque où il avait pour muse la plantureuse Scarlett Johansson. Depuis, on ne peut guère estimer que ses longs-métrages aient été habités d’une véritable force dramatique et/ou comique. Ce bon vieux Woody a préféré se reposer sur ses acquis avec des films paresseux (You will meet a talk dark stranger), auto-parodiques (Whatever Works) ou carte-postale (Midnight in Paris, To Rome with Love). Seul Vicky Cristina Barcelona – dans lequel éclatait le couple Cruz/Bardem – méritait véritablement le détour. Beaucoup annonçaient que Blue Jasmine marquerait enfin le retour de la maestria du cinéaste new-yorkais, il n’en est rien.

S’appuyant aisément sur la performance d’une Cate Blanchett très charismatique mais un peu trop théâtrale à mon goût, Blue Jasmine raconte la chute désillusoire d’une épouse ruinée et trahie par un mari volage et escroc. Celle-ci se retrouve à mendier le gîte chez sa soeur – qu’elle a toujours considérée comme inférieure – qui projette de s’installer très prochainement en ménage avec son beauf de boyfriend. Sorte de pied-de-nez à la bourgeoisie new-yorkaise que le cinéaste fréquente forcément, son film se moque de ses personnages. Jasmine retombe de l’échelle sociale, perd la tête et essaie difficilement de rebondir.

Avec Blue Jasmine, Woody revient à des personnages tragi-comiques. Malheureusement, son film a un goût de film foutraque, bordélique et peu plaisant, redondant et geignard. Ne vous fiez pas au buzz positif déclenché par son incompréhensible succès outre-atlantique (le cinéaste lui-même ne parvenant pas à l’expliquer), son dernier long-métrage ne vaut le détour que si vous êtes un admirateur de l’élégante Cate Blanchett qui livre ici une performance qui ne devrait pas laisser insensible l’Académie à l’hiver prochain. 

thb_Blue_Jasmine

BLUE JASMINE

RÉALISÉ PAR WOODY ALLEN

USA – 98 MIN – DRAME, COMEDIE

AVEC CATE BLANCHETT, SALLY HAWKINS

25 SEPTEMBRE 2013




8
Poster un Commentaire

avatar
5 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
5 Auteurs du commentaire
CÉSAR 2014 : COUPS DE COEUR ET PRONOSTICS | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAAmeliedasolaWilyrahChonchonAelezig Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
neil
Invité
Ah tiens, donc je n’ai rien raté ? M’en fiche, je sens que j’irai quand même, na !
ChonchonAelezig
Invité
En inconditionnelle de Woody, je le verrai de toutes façons !
dasola
Invité
Bonjour Wilyrah, comme il y a Cate Blanchett, je compte bien y aller. Je précise que Woody fricote non pas avec sa fille adoptive mais avec la fille adoptive de Mia Farrow et du chef d’orchestre André Prévin: nuance. Mais c’est vrai qu’elle est jeune. En revanche, c’est un couple qui dure. Bonne journée.
Amelie
Invité
Pour ma part j’ai bien aime « Blue Jasmine » (et j’avais bien aime « Whatever Works » egalement). Le scenario est leger mais j’ai trouve le portrait de femme nevrosee tres reussi, porte par une Cate Blanchett au top.
trackback
[…] et Django Unchained, ainsi que face au multi-récompensé La Grande Bellazza ou au dernier film de Woody Allen, lui aussi bien […]