featured_BlacKkKlansman

BLACKKKLANSMAN

7
Rageur

Au début des années 70, au plus fort de la lutte pour les droits civiques, plusieurs émeutes raciales éclatent dans les grandes villes des États-Unis. Ron Stallworth devient le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department, mais son arrivée est accueillie avec scepticisme, voire avec une franche hostilité, par les agents les moins gradés du commissariat. Prenant son courage à deux mains, Stallworth va tenter de faire bouger les lignes et, peut-être, de laisser une trace dans l’histoire. Il se fixe alors une mission des plus périlleuses : infiltrer le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions.

Angry man.

Cannes et Spike Lee : On ne l’espérait plus sur la Croisette et pourtant. Vingt-sept ans après Jungle Fever, c’est un Spike Lee enragé qui a rejoint le nouveau venu David Robert Mitchell afin de représenter les États-Unis en compétition officielle. Après une longue traversée du désert, le cinéaste est finalement de retour avec l’un de ses pamphlets fétiches et s’inspire d’une histoire vraie pour réaliser son premier film post-Trump où il dirige John David Washington – le fils de Denzel – et Adam Driver.

Notre avis : Absent des radars depuis le confidentiel Chi-Raq il y a trois ans, Spike Lee revient aux affaires avec un sujet et un long-métrage se faisant l’écho d’une actualité toujours aussi brûlante. Alors que beaucoup s’attendaient à une sortie de route de la part du réalisateur de Do The Right Thing, l’incisif et tapageur BlacKkKlansman est venu remettre les pendules à l’heure. Toutefois, tandis que la première partie, emportant l’adhésion grâce à un casting impeccable, fonce à pleine vitesse entre farce et polar, on peut regretter une seconde moitié plus classique qui accuse le coup d’une mise en scène sans véritable relief. S’enchaînent alors des maladresses et une conclusion moins pertinente que prévu qui viennent quelque peu gâcher un film pourtant jubilatoire et fidèle au style d’un artiste révolté le reste du temps.

Accueil des festivaliers : Une touchante standing-ovation a accompagné la fin de projection officielle après une séance ayant amené le public du Grand Théâtre Lumière aux confins de l’hilarité.

Palmomètre : Jamais récompensé à Cannes, il est fort possible que Spike Lee s’invite au palmarès. Un Grand Prix serait un choix politique marquant, d’autant que le réalisateur bénéficie d’un soutien solide au sein du jury en la personne d’Ava DuVernay.

La fiche
blacklansman affiche

BLACKKKLANSMAN
Réalisé par Spike Lee
Avec John David Washington, Adam Driver, Laura Harrier
Etats-Unis – Comédie dramatique

Sortie : 22 août 2018
Durée : 128 min




Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des