still_behappy

BE HAPPY

Institutrice, Poppy est une jeune femme aussi drôle et fantaisiste que rationnelle et déterminée. A l’écoute des autres, elle séduit tous ceux qui l’approchent, adore ses élèves et s’investit complètement dans son travail. Poppy vit en colocation avec une copine, Zoe. Elle sort beaucoup avec ses soeurs cadettes, et s’éclate en prenant des cours de flamenco et de trampoline. Quand elle se décide à apprendre à conduire, sa gentillesse et son sens de l’humour semblent même amadouer son moniteur d’auto-école pourtant peu aimable et très cyclothymique.

Be Happy ou l’histoire d’une trentenaire joyeuse, optimiste et quelque peu fofolle, aurait de quoi agacer. En tout cas, en voyant la bande-annonce, on peut rester sceptique. Voir une nana rire de tout et quasiment tout le temps, cela ne donne pas forcément envie. On connaissait Mike Leigh pour ses dramas intenses (All or nothing, Vera Drake, Secrets and Lies), aux sujets graves et fortement influencés par le contexte socio-économique de son pays, on pourrait penser qu’il n’aura peut être pas autant de réussite pour une comédie. Mais, poussés par l’aura du réalisateur et les bons échos du film dans la presse, on ne souhaite pas rester sur une première impression plutôt réservée, alors on se décide malgré tout à aller le voir. Grand bien nous en prend. Une fois qu’on commence à cerner le personnage et que les premières minutes un peu folles – qui auraient tout pour mettre à l’épreuve les râleurs dont je fais partie – sont digérées, on finit par entrer dans la petite vie de Poppy. On découvre une personne d’une infinie bonté, généreuse et attentionnée – comme l’était Vera Drake d’une certaine manière – pour qui  le bien-être des autres est une priorité. On pourrait penser que le réalisateur a voulu prendre un peu de légèreté et se la couler douce avec une comédie mineure, ce serait passer à côté d’un film terriblement prenant et attachant sur les rapports humains et d’un personnage original et bienveillant. Un film plein de personnalité et imprégné de la culture autochtone, plein de chaleur et dont on ressort avec le sourire, dans la même veine que Back Soon, avec ce qu’il faut de sourire et d’émotion pour passer d’un film de qualité bourré de petites scènes savoureuses, mis en scène avec justesse et interprété avec beaucoup de talent par une Sally Hawkins mémorable. 

 

MIKE LEIGH | UK | COMEDIE | 2008 | SALLY HAWKINS



13
Poster un Commentaire

avatar
10 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
8 Auteurs du commentaire
MR TURNER | Critique du film[critique] SHADOW DANCER « LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAWilyrahTinaKillerCaro Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Benoît
Invité
Je n’ai vu que Secrets et mensonges de ce cinéaste. c’était un film assez sympathique, mêlant drame social, humain et humour. Alors, pourquoi pas me laisser tenter ce Be happy ?

POSTÉ PAR BENOÎT, 04 OCTOBRE 2008 À 14:19

Dasola
Invité
Bonjour Wilyrah, pour une fois, je ne suis pas de ton avis. J’ai trouvé l’héroïne crispante au possible avec sa voix et son sourire (pourquoi n’arrête-t-elle pas de sourire plus de 5 minutes, l’histoire et le film y auraient gagné). Une fois de plus, Mike Leigh me déçoit. Je reste sur mon avis que Naked est un chef d’oeuvre et que depuis pas grand chose (à part all or nothing). Bonne journée.

POSTÉ PAR DASOLA, 07 OCTOBRE 2008 À 07:55

Jane
Invité
Je suis malheureuse à Milan « cinema wise » !
Alors je me promène dans tes pages, rêvant que moi aussi je vois tous ces films. Je n’ai pas encore trouvé la salle qui me fera découvrir des chefs d’oeuvre. Et je n’ai trouvé personne que cela intéresse non plus. Déprimant, vraiment.
Petite bise au passage !

POSTÉ PAR MELLEJANE, 07 OCTOBRE 2008 À 09:38

Eelsolivier
Invité
bonjour et merci pour ce blog de qualité!
j’ai apprécié be happy bien que le personnage principal soit parfois exaspérant…
Mais un peu de bonne humeur ne fait pas de mal!
Sinon, je tiens aussi un blog sur le ciné! peut-être pourrions nous partager des impressions?
Voici l’adresse:
http://cinemadolivier.canalblog.com/ à bientôt j’espère!

POSTÉ PAR EELSOLIVER, 16 OCTOBRE 2008 À 22:28

Eelsolivier
Invité
Merci de ton passage et de ton commentaire sur mon blog: ça m’a fait plaisir!
Aussi vais-je m’empresser de t’ajouter sur les références de mon blog!
Au plaisir de rediscuter avec toi!

POSTÉ PAR EELSOLIVER, 17 OCTOBRE 2008 À 17:04

Cosmoboy
Invité
Il n’est peut-être pas si étonnant que beaucoup aient trouvé exaspérante la joie communicative du personnage qu’incarne merveilleusement Sally Hawkins : dans notre époque morose, c’est tellement plus facile d’être ronchon…

Je me suis trouvé emporté dans la vague d’optimisme lancée par Poppy. Mike Leigh, dont les drames à caractère social (Secrets & Lies et Vera Drake) n’ont rien de bien hilarant, a su se renouveler et donner à voir une fable sociale, certes, mais dans sa veine comique.

Cosmoboy

POSTÉ PAR COSMOBOY, 20 NOVEMBRE 2008 À 12:19

Caro
Invité

Moi j’ai trouvé ça frais, drôle, réjouissant, coloré et j’en passe… C’est une simple tranche de vie captivante de bout en bout. On est face à un personnage heureux qui le fait savoir à qui veut l’entendre même si on devine un mal-être plus profond à certains moments. Alors j’avoue que ses gloussements peuvent agasser mais pour ma part ils ont été vite noyés par le charme du personnage. Enfin bref au final, j’en suis ressortie avec le sourire en banane !! (et perso je suis entrain de passer mon permis donc les leçons de Poppy me font bien rire… Lire la suite »

TinaKiller
Invité
j’ai beaucoup aimé ce film et je ne comprends pas la non nomination aux oscars de sally hawkins… qui a remporté le golden globes dans la catégorie actrice (comédie) !!

POSTÉ PAR TINALAKILLER, 15 MARS 2009 À 14:00

trackback
[…] Collette McVeigh, interprétée avec retenue et justesse par la prometteuse Andrea Riseborough (Be Happy, We want sex equality, Never let me go…). Lorsque Mac, agent du MI5, l’interpelle et […]
trackback
[…] ? La bonne nouvelle c’est que Mr Turner fait partie du cercle restreint des biopics réussis. Mike Leigh est parvenu à contourner très habilement les pièges du genre en livrant un portait contemplatif […]