featured_Battle-of-the-sexes

BATTLE OF THE SEXES

Grisant

1972. La championne de tennis Billie Jean King remporte trois titres du Grand Chelem. Mais loin de se satisfaire de son palmarès, elle s’engage dans un combat pour que les femmes soient aussi respectées que les hommes sur les courts de tennis. C’est alors que l’ancien numéro un mondial Bobby Riggs, profondément misogyne et provocateur, met Billie Jean au défi de l’affronter en match simple…

We want sex equality !

L’une est au top de sa carrière et de sa forme, mais souffre de la misogynie écrasante d’une institution conservatrice et vit une véritable étape dans sa vie personnelle ; l’autre voit son mariage se déliter alors qu’il n’a de cesse de tirer sur la corde vis à vis de son épouse. Battle of the sexes est bien moins une histoire de tennis qu’une question de pouvoir et de confrontation. Un combat que mène Billie Jean King, réclamant avec légitimité que les femmes gagnent autant que les hommes lors des tournois organisés par la fédération.

Plutôt que de se focaliser sur le match lui-même, les réalisateurs Valerie Faris et Jonathan Dayton (Elle s’appelle Ruby, Little Miss Sunshine) s’intéressent davantage à ce qui les a conduit sur ce court. Cette emphase sur leur environnement personnel et le contexte social de l’époque apporte une plus-value non-négligeable lui conférant une consistance plus intéressante que les biopic classiques et autres drames sportifs habituels. Et puis, admettons le, quelle satisfaction de voir une jeune femme pugnace tenir la dragée haute à un vieux quinqua macho et vantard !

King is the queen

Battle of the sexes donne parfois l’impression que le film aurait pu se focaliser autour de King seulement, les segments autour de Riggs suscitant moins d’intérêt malgré la prestation irréprochable de Steve Carell. Billie Joan King n’était pas seulement une joueuse de tennis admirable, c’était presque une super-héroïne. Celle qui défie la pensée figée.

Derrière la transformation physique, Emma Stone incarne formidablement ce role-model combattant le système et livrant ses propres batailles intimes que les deux cinéastes pondèrent avec une véritable élégance. La justesse d’interprétation de Stone fait le reste et il n’y aurait rien d’usurpé à ce que la comédienne décroche un second Oscar.

Avec le scénariste Simon Beaufoy (Slumdog Millionaire), le tandem de réalisateurs recrée l’onde de choc populaire que ce moment a provoqué à l’époque et réussit pleinement son coup du côté du divertissement, si bien que l’on en oublierait presque de prendre un peu de recul. Battle of the sexes a beau être un instantané, son reflet ne manque pas de nous renvoyer à nos démons sociaux actuels. Derrière l’appétit pour l’entertainment réside toujours cette tolérance pour les comportements abusifs lorsqu’il est question de pouvoir et de gloire. Un monde complètement cinglé où la logique et la considération sont malmenées. Et derrière le masque délicat de la sophistication artistique et des séquences récréatives revient un revers d’autant plus percutant, celui illustré brillamment dans un épilogue étonnamment remarquable, les démons du passé sont loin d’avoir été exorcisés.

La fiche

BATTLE OF THE SEXES
Réalisé par Valérie Faris et Jonathan Dayton
Avec Emma Stone, Steve Carell, Andrea Riseborough…
Etats-Unis – Comédie dramatique, biopic
Sortie : 22 novembre 2017
Durée : 
121 min




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre