featured_Ava-noée-abita

AVA

Fougueux

Ava, 13 ans, est en vacances au bord de l’océan quand elle apprend qu’elle va perdre la vue plus vite que prévu. Sa mère décide de faire comme si de rien n’était pour passer le plus bel été de leur vie. Ava affronte le problème à sa manière. Elle vole un grand chien noir qui appartient à un jeune homme en fuite…

Un amour de jeunesse.

Bien reçu sur la Croisette à l’occasion de la Semaine de la Critique, Ava de Léa Mysius fait partie de ces contes initiatiques qui suivent leur jeune protagoniste entrant dans l’âge adulte par un chemin plus ou moins tumultueux. Ici, Ava, treize ans, apprend qu’elle va bientôt perdre la vue et que l’été qui débute sera probablement celui où son sens commencera à lui faire défaut.

Ava est un bout de femme au caractère bien trempé, fragile et sombre à la fois, contre-balançant l’émotivité adolescente de sa mère, Maud (Laure Calamy), qui n’hésite pas à lui confier la garde de son nourrisson pour aller flirter avec le premier apollon venu. Clairement, le courant ne passe pas très bien en ces deux femmes aux sensibilités contrastées en dépit de la bonne volonté de cette mère qui ne comprend pas sa fille et lui attribue les traits de caractère de son père. Comment construire son identité dans ces conditions ? Comment devenir femme en présence d’une autre qui vampirise l’attention ? Comment perdre la vue quand on craint de n’avoir vu que « ce qui est laid dans ce monde » ?

Ava a donc besoin de grand air et c’est sur les plages naturistes qu’elle va chercher à s’émanciper de son corps pour mieux laisser exprimer ce qu’elle a sur le coeur. Parfois énigmatique, souvent imprévisible, clairement en quête de sa propre identité, Ava brûle soudainement la vie par les deux bouts et se jette les yeux fermés dans cet amour de jeunesse qu’elle devine pourtant assez destructeur. Alors qu’elle perd progressivement la vue, son innocence semble elle aussi s’évaporer et le noir se fait autour d’elle.

Malgré une fin un peu frustrante – et insatisfaisante – Ava n’en demeure pas moins un premier essai prometteur, une ode à la fougue juvénile et aux amours estivaux, qui révèle une actrice incroyable qui a déjà tout d’une grande.

La fiche

AVA
Réalisé par Léa Mysius
Avec Noée Abita, Laure Calamy, Juan Cano…
France – Drame, romance
Sortie : 21 juin 2017
Durée : 105
 min




0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x