featured_ami-ami-macary

AMI-AMI

Sans intérêt

Quoi de mieux pour ne plus jamais souffrir en amour que de tourner le dos à la vie de couple et de s’installer en coloc’ avec son meilleur ami ? C’est en tout cas ce qu’a décidé Vincent, ravagé par sa dernière rupture ! À un détail près : son meilleur ami est une meilleure amie, Néféli, jeune avocate déjantée. À peine installés, les deux potes se jurent de ne plus jamais tomber amoureux, de vivre d’amitié et d’histoires sans lendemain. Mais après quelques semaines de cohabitation complice et festive, Vincent rencontre Julie…

Coloc à cons.

« On ne juge pas un livre à sa couverture » dit-on souvent. Est-ce valable en ce qui concerne le cinéma ? Non, car de superbes affiches servent parfois de cache-misère et d’autres s’avèrent peu recherchées pour vendre des oeuvres singulières. Sauf qu’en ce début d’année, l’habit fait bien le moine. La superbe affiche de La forme de l’eau reflète parfaitement bien l’ambiance et la beauté poétique du dernier conte de Guillermo Del Toro. Et cela s’applique aussi à Ami-Ami, premier long-métrage de Victor Saint-Macary dont l’affiche vulgaire et quelconque ne ment pas sur la marchandise.

L’habit fait le moine

Affreusement caricaturale et jamais crédible – on ne croit pas un seul instant dans cette intrigue conduisant, sans raisons valables, le jeune Vincent à s’enfermer dans la spirale du mensonge -, Ami-ami tend la main à la facilité, à l’humour potache et à l’exagération comme seuls ressorts comiques. Quel moment de gêne lorsque les deux colocs se disputent dans l’appartement, chaque comédien se sentant obligé d’en faire des caisses pour arracher un demi-sourire dans une interminable séquence grotesque qui, elle même, fait suite à plusieurs rebondissements improbables.

Le duo d’acteurs s’est probablement bien amusé sur le plateau (on s’en serait nous aussi donnés à coeur joie si l’on était gracieusement payés à faire les imbéciles) mais le spectateur, lui, regarde souvent sa montre. Aussi laborieux que chaotique dans son écriture, Ami-ami manque de rythme et d’incarnation malgré la bonhomie de William Lebghil. Et, comme pour faire passer la pilule, Macary ne lésine pas sur la nudité (des hommes comme des femmes) dans une tentative désespérée de maintenir éveillé un public lassé par tant de vacuité et d’artificialité.

La fiche
Ami-ami

AMI-AMI
Réalisé par Victor Saint-Macary
Avec William Lebghil, Margot Bancilhon, Camille Razat…
France – Comédie potache
Sortie : 17 janvier 2018
Durée : 86 min




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de