still_crazystupidlove

CRAZY, STUPID, LOVE

7
Bonne comédie

A tout juste quarante ans, Cal Weaver mène une vie de rêve – bonne situation, belle maison, enfants formidables et mariage parfait avec sa petite amie du lycée. Mais lorsqu’il apprend que sa femme, Emily, le trompe et demande le divorce, sa vie « parfaite » s’écroule. Pire, dans le monde des célibataires d’aujourd’hui, Cal, qui n’a plus dragué depuis des lustres, se révèle un modèle d’anti séduction. Passant désormais ses soirées à bouder tout seul au bar du coin, l’infortuné Cal est pris en main comme complice et protégé d’un séduisant trentenaire, Jacob Palmer. Pour l’aider à oublier sa femme et à commencer une nouvelle vie, Jacob tente de faire découvrir à Cal les nombreuses perspectives qui s’offrent à lui : femmes en quête d’aventures, soirées arrosées entre copains et un chic supérieur à la moyenne.

Leur première comédie, I love you Phillip Morris avec Ewan McGregor et Jim Carrey, avait déjà été une bonne surprise. John Requa et Glenn Ficcara reviennent sur les écrans avec une nouvelle comédie chorale soignée, elle aussi portée par de très bons acteurs. Crazy Stupid Love suit les déboires sentimentaux de plusieurs personnages (le fraîchement divorcé, la babysitter amoureuse du papa, la jeune femme sérieuse, le pré-ado amoureux de sa babysitter…) Si le pitch n’est pas particulièrement novateur, la comédie du tandem de réal est diablement efficace.

La confrontation entre le loser quarantenaire Steve Carrel et le tombeur Ryan Gosling – plus séduisant que jamais – fonctionne du tonnerre.  Coaching, shopping, relooking, apprentissage des techniques de drague et premiers rencards, chaque scène déclenche le rire grâce au génie de Carell et à la décontraction de Gosling. De son côté, Julianne Moore essaie d’aller de l’avant – mais en a t’elle vraiment envie ? – en tant que mère divorcée. Emma Stone, qui croyait avoir une vie bien tracée avec un couple impeccable et un avenir professionnel prometteur, va vite déchanter au plus grand bonheur du spectateur qui va pouvoir profiter du pouvoir comique de la craquante actrice américaine.

La deuxième heure peut paraître plus convenue et laisse davantage la place au sentiment, parfois avec subtilité (appel nocturne du jardin, discussions entre Jacob & Hannah), parfois plutôt malvenu (speech sur l’amour à la remise de diplôme, très américain). Mais c’est pour mieux nous surprendre lors d’une séquence de réunion assez dantesque.

Dotée d’un casting trois étoiles qui contribue grandement à sa réussite et à son charme, Crazy, Stupid, Love est la comédie sentimentale (aka « romcom ») de la rentrée, idéale pour se changer les idées seul ou entre amis sans pour autant s’abrutir devant des gags potaches ou scatos (suivez mon regard).

J. REQUA & G. FICARRA | USA | 118 MIN | 14 SEPT. 2011 | STEVE CARELL, RYAN GOSLING, JULIANNE MOORE, EMMA STONE



12
Poster un Commentaire

avatar
9 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
8 Auteurs du commentaire
inthecrazyheadVincentHeavenlycreatureWilyrahBob Morane Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Neil
Invité
Oui, c’est une comédie intelligente, ce qui n’est pas si fréquent. Ryan Gosling est hot (et sans doute Emma Stone aussi lol). C’est une bonne comédie.
Squizzz
Invité
Et dans les +, tu peux ajouter Steve Carell, que j’aime pas trop d’habitude, mais qui m’a cette fois vraiment convaincu.
Annelamarmotte
Invité
bravo pour la une de canalblog
Bob Morane
Invité
J’ai trouvé très moraliste, peu drôle, pas bien. Nan, pas aimé
Wilyrah
Invité
Une scène est moraliste et mal venue (celle du speech sur l’amour de S. Carell). Pour le reste j’ai trouvé ça plutôt drôle et (plus) intelligent (que la moyenne).
Heavenlycreature
Invité
J’irais sans doute dans la semaine! (pas vraiment le choix c’est dans le programme du festival d’été : http://chris666blogsallocinefr.over-blog.com/article-gazette-festival-d-ete-82275423.html lancé par Chris) à la vue de pas mal de mauvais avis, le tien, plus mitigé me redonne envie… et puis rien que pour Ryan Gosling que j’ai trouvé énorme dans Blue Valentine, j’y serai allé!
Wilyrah
Invité
Moi j’ai vraiment passé un bon moment donc c’est plutôt positif même si ce n’est pas un chef d’œuvre, ça reste une comédie efficace, agréable et soignée, dotée d’un superbe cast.
Vincent
Invité
Le seul point négatif est le discours à la remise des prix, plus américain tu meurs. Pour le reste, Requa et Ficarra ont ressuscité la grande comédie de mœurs.
Wilyrah
Invité
Tout à fait Vincent
inthecrazyhead
Invité

Excellente comédie! Bien écrite, drôle de bout en bout et surtout, portée par un casting qui vous en met plein les yeux à chaque minute (avec une mention à Steve Carell, vraiment surprenant). Dommage cependant que le personnage d’Emma Stone soit le plus « convenu » de la bande.Il respire la prévisibilité et je ne l’ai pas trouvé spécialement drôle. Mais j’avoue que sans elle, on n’aurait pas eu cette petite scène de « danse » chez Ryan Golsing! Ps : je l’ai trouvé touchant ce discours final même si j’aurais préféré qu’il soit donné dans d’autres circonstances parce que ça faisait terriblement cliché.… Lire la suite »

trackback
[…] lui a permis de confirmer avec Crazy, Stupid, Love aux côtés de Ryan Gosling et La couleur des sentiments, drama nominé aux Oscars, ainsi […]
trackback
[…] temps que cette comédienne, excellant tant dans le registre dramatique que dans la comédie (Crazy Stupid Love, The kids are alright), avec une filmographie marquée par de grands rôles principaux (Safe, […]