278432

BLIND SUN | PIFFF 2015 (Compétition)

 Le Bleu du miroir investit cette semaine le Grand Rex à l’occasion de la cinquième édition du Paris International Fantastic Festival. Un rendez-vous qui reflète les différentes facettes de la production fantastique et horrifique actuelle. On vous donne rendez-vous quotidiennement pour le compte rendu de la journée écoulée et pour les fiches de visionnage des longs-métrages en compétition. 

« Blind Sun » laisse froid.

  • Le pitch : « Grèce. Une station balnéaire frappée par une vague de chaleur. L’eau se fait rare et la violence est prête à exploser. Ashraf, immigré solitaire, garde la villa d’une famille française en son absence. Dans ce paysage aride, écrasé de soleil, il est arrêté par un policier pour un contrôle de papiers… »
  • Les points forts : Joyce A. Nashawati, qui signe ici son premier long-métrage, réussit très bien la partie sensorielle du film. La chaleur caniculaire semble exsuder de l’écran et la vision perturbée du personnage principal (qui souffre d’une DMLA – dégénérescence maculaire liée à l’âge – précoce ?) vient par moments brouiller certains plans. La jeune réalisatrice fait indéniablement preuve d’une maîtrise technique et d’un réel sens de la mise en scène.
  • Les points faibles :Là où le bât blesse, c’est que Blind Sun ne décolle jamais vraiment, comme si le scénario était lui-même englué dans la torpeur qui s’abat sur le personnage principal. Celui-ci semble avoir des hallucinations (à moins que la menace soit bien réelle ?), mais la dimension paranoïaque n’est jamais vraiment exploitée. Le home-invasion movie qui semble poindre à l’horizon n’arrive jamais et les pics de tension pointent aux abonnés absent. La lecture politique (la dénonciation de la violence de classe et de la xénophobie…) ne semble même pas être une meilleure option, la réalisatrice niant avoir cherché à tenir consciemment un tel discours. D’où l’impression d’avoir assisté à un exercice de style vaguement expérimental mais surtout un peu creux. Ce qui aurait pu passer en court métrage s’étale ici mollement.
  • L’accueil du public : Très mitigé. Lors de la séance de questions-réponses, plusieurs spectateurs se sont dits emballés par le film. Les voix discordantes ne se sont pas faites entendre. Ou alors hors de la salle…

     

  • Le vote du Bleu du miroir : 2/5. Malheureusement, c’est l’ennui qui a dominé. Il n’en demeure pas que Joyce A. Nashawati fait montre d’un talent prometteur, mais côté direction d’acteurs et scénario, ce n’est pas encore tout à fait ça. 

 

La fiche technique : Blind Sun – France – Grèce – 2015. Réalisé par Joyce A. Nashawati. Avec : Ziad Bakri, Yannis Stankoglou, Louis-Do de Lencquesaing… Durée : 88 minutes. Sortie prévue en France : début 2016.




0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x