still_BlackCoal

BLACK COAL

3
Médiocre

En 1999, un employé d’une carrière minière est assassiné et son corps dispersé aux quatre coins de la Mandchourie. L’inspecteur Zhang mène l’enquête, mais doit rapidement abandonner après avoir été blessé lors de l’interpellation des principaux suspects. Cinq ans plus tard, deux nouveaux meurtres sont commis dans la région, tous deux liés à l’épouse de la première victime. Devenu agent de sécurité, Zhang décide de reprendre du service. Son enquête l’amène à se rapprocher dangereusement de la mystérieuse jeune femme.

Une sombre histoire de patins

C’est récompensé d’un Ours d’or berlinois et précédé d’une bande-annonce très réussie que Black Coal a débarqué sur les écrans français en ce mois de juin. Chaudement accueilli par la presse, le film ne rencontre pas vraiment le même succès d’estime auprès des cinéphiles et spectateurs de l’hexagone… à raison.  

Avec son scénario tout aussi éparpillé que les membres des victimes du tueur, ce long-métrage sans épaisseur ni rythme ne diffuse pendant une centaine de minutes que l’ennui et l’agacement. Le spectateur, embarqué dans ce (faux) polar dépressif n’aura pas d’autre choix que d’encaisser un pénible long-métrage qui n’intrigue que par intermittence, laissant occasionnellement entrevoir un potentiel (qu’il n’exploitera jamais) au milieu d’interminables scènes contemplatives étirées jusqu’à l’usure.

Que sauver de cet enfer cinématographique ? Le travail de Liu Qiang et Dong Jinsong. La photographie et la direction artistique sont les seuls éléments qui permettent au spectateur de ne pas sombrer dans le coma face au calvaire qu’impose le visionnage de cette oeuvre opaque et minimaliste. Car Black Coal ne joue la carte du mystère silencieux et tarabiscoté que pour masquer les carences narratives de son récit, ainsi que l’invraisemblance de certains rebondissements ou encore la médiocrité de ses interprètes (médiocrité qui saute pourtant aux yeux dès que ceux-ci sortent de leur mutisme autistique). Vampirisé par une mise en scène trop imposante, le long-métrage ne décolle jamais et se prend les pieds dans ses propres patins… 

Silences interminables, séances de patinage, jeux de filature et de séduction malsaine sont au programme de ce troisième long-métrage de Yi’nan Diao. Après l’harassant Touch of Sin, Black Coal confirme que les chinois louchent avec envie sur le cinéma hong-kongais, si bien qu’ils privilégient presque systématiquement l’ambiance aux dépens de tout le reste, laissant le spectateur sur le bord de la route, enneigée, glissante et sinueuse

La fiche
thb_BlackCoal

BLACK COAL
Réalisé par Yi’nan Diao
Avec Fan Liao, Lun-mei Gwei, Xue-bing Wang
Chine – Policier, Drame
11 Juin 2014
Durée : 106 min




1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
bruno31100 Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
bruno31100
Invité
bruno31100
j’en sors ! il faut bien dire que le cinéma asiatique ne partage pas les mêmes codes que le cinéma français; Touch of Sin était toutefois mieux structuré et plus lisible; ici que de longueurs monotones, de passages hors sujet et une fin qui me laisse sur ma faim; j’avais encore mieux apprécié LE CHIENS ERRANTs même si j’étais sur une autre planète; donc il faut savoir être indulgent; il faut voir de tous les genres et styles de films…