still_MuchAdo

BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN

6
Assez bon

De retour de la guerre, Don Pédro et ses fidèles compagnons d’armes, Bénédict et Claudio, rendent visite au seigneur Léonato, gouverneur de Messine. Dans sa demeure, les hommes vont se livrer à une autre guerre. Celle de l’amour. Et notamment celle qui fait rage entre Béatrice et Bénédict, que leur entourage tente de réconcilier tout en essayant de déjouer les agissements malfaisants de Don Juan.

Réunion de famille

Réalisé en seulement douze jours après la fin du tournage d’Avengers premier du nom, Beaucoup de bruit pour rien est l’adaptation moderne de la comédie théâtrale de William Shakespeare Much Ado about Nothing. Déjà portée à l’écran par le britannique Kenneth Branagh en 1993, la pièce se retrouve de nouveau au cinéma sous l’impulsion de Joss Whedon – célèbre créateur de la série culte Buffy – qui décida de réunir expressément sa bande d’amis (comédiens et techniciens) pour un long-métrage improvisé comme un moment de récréation après le mastodonte Marvel. Ce film, que son réalisateur ne destinait initialement pas spécialement à une sortie en salles et encore moins à une distribution internationale qui intervient plus de deux ans après son tournage, est ainsi le fruit de son besoin de se détendre après une production éprouvante et de sa passion dévorante pour les écrits du plus célèbre dramaturge anglais. 

Pour cette nouvelle adaptation, Joss Whedon a choisi de conserver le texte original et donc les répliques de Shakespeare dans un contexte contemporain. Si d’autres s’y étaient essayé avec succès par le passé – on pensera notamment au Romeo + Juliet de Baz Luhrmann – ce procédé peut parfois se révéler casse-gueule. Le premier segment du film souffre d’ailleurs de ce décalage anachronique qui rend difficile l’immersion dans le film pour le spectateur. Ainsi, la mise en place parait un peu laborieuse mais progressivement, grâce notamment au tandem Acker-Denisof, le charme commence à opérer.

Même si l’humour ne fonctionne qu’alternativement, on est plutôt séduit et amusé par cette tragédie sociale portée par un texte étonnamment très moderne. La mise en scène fait la part belle aux comédiens, pas toujours irréprochables, et offre quelques scènes sympathiques. On appréciera surtout l’alchimie indéniable entre la délicieuse Amy Acker et le très drôle Alexis Denisof, déjà évoqués plus haut. Les fans de la série Angel devraient être ravis de retrouver ce couple sur grand écran.  

Présenté hier soir en avant-première française devant un public acquis à sa cause, Beaucoup de bruit pour rien est l’oeuvre ludique d’un passionné qui aime les mécaniques sociales et manie l’humour avec un talent certain. En utilisant sa propre villa comme terrain de jeu, ses amis comme marionnettes animées et le texte de son auteur fétiche, le grand William Shakespeare, il nous propose un long-métrage plaisir, mis en boîte avec sa petite famille artistique, à l’antithèse de ses projets fantastiques. Un moment de divertissement rafraichissant, pas désagréable mais plutôt anodin au final, s’il n’y avait la sympathie que nous inspire Sir Joss Whedon. Est-ce que cela suffira lors de sa sortie la semaine prochaine ? Si ce modeste métrage risque de ne pas faire beaucoup de bruit face à de sérieux concurrents, il pourrait faire son petit lot de satisfaits. Verdict dans quelques jours.

La fiche
thb_BlackCoal

BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN
Réalisé par Joss Whedon
Avec Amy Acker, Alexis Denisof
Etats-Unis – Drame, Comédie
29 janvier 2014
Durée : 108 min




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de