3 BILLBOARDS : LES PANNEAUX DE LA VENGEANCE | Bande-annonce

Qui ?

Martin McDonagh is back ! L’auteur anglais remarqué par son premier long-métrage Bons Baisers de Bruges fait parler de lui avec un nouveau film : 3 Billboards Outside Ebbing Missouri. Mieux, c’est un véritable frisson qui parcourt toute la machine industrielle ciné américaine, à l’heure où les prétendants aux Oscars commencent à faire vrombir leurs arguments. Un titre à rallonge dont la forme tranche au moins autant avec son dernier film, 7 Psychopathes, échec relatif et noté pour un McDonagh qui y avait mis de toute sa personne et de sa vision du monde –  peut-être un peu trop, d’ailleurs.

Titré 3 Billboards : Les Panneaux de la Vengeance dans un étrange franglais, voilà Colin Farrell exclu de l’équation, lui qui a trouvé un autre chouchou sous l’aile de Yórgos Lánthimos. Pas grave : le rôle-titre revient à la toujours excellente Frances McDormand, donc la faculté à bouffer la pellicule n’est plus à prouver. Restant un réalisateur de petites habitudes, McDonagh retrouve deux de ses comparses de 7 Psychopathes : encore deux valeurs sûres avec Woody Harrelson et Sam Rockwell. Côté nouvelles têtes, on retrouve Peter Dinklage, Abbie Cornish et Caleb Landry « toujours bien placé en 2017 » Jones avec un sacré pedigree cette année : Get OutTwin PeaksBarry Seal et The Florida Project. Rien que ça.

Quoi ?

Plusieurs mois après le meurtre brutal et non élucidé de sa fille, Mildred Hayes (Frances McDormand) décide de craquer le restant de son PEL sur trois des énormes panneaux publicitaires de sa petite ville. Sa cible ? Les forces de police (Rockwell & Harrelson), soupçonnées d’avoir très largement fermé les yeux. Au fur et à mesure de sa contre-enquête, Mildred va devoir faire face au rempart d’une corruption généralisée…

Quand ?

Cette fois, pas de « on ne sait pas » ou de « wait & see » : 3 Billboards, les panneaux de la vengeance est annoncé de par chez nous. Et bonne nouvelle, la date dans le calendrier est toute proche à cocher ! Il s’agit du 17 janvier 2018.

Pourquoi ?

En déménageant aux Etats-Unis, Martin McDonagh prend donc non seulement l’accent des frères Coen, mais également quelques chouchous, McDormand évidemment en tête. Avec son ton bien à lui, mêlant humour noir, absurde et obsession jouissive pour la colère, le réalisateur britannique semble bien déterminé à effacer l’échec 7 Psychopathes et à se caler une place de choix dans la course aux Oscars.

Surtout, il permet aux réfractaires de ses deux premiers films de repartir à zéro. Moins axé sur un délire auto-centré et supra-référencé, 3 Billboards semble se détacher de la seule psychologie de ses personnages comme moteur d’intrigue pour mieux dénoncer les oppressions policières et, par extension, l’ensemble des failles d’une certaine société américaine contemporaine. Et si tout cela ne vous convient pas, un petit coup d’œil à la fiche Rotten Tomatoes du film, si elle ne constitue en rien une quelconque preuve légitime, peut au moins servir de motivation pour ceux qui souhaiteraient renouer avec le cinéma de McDonagh.

Affiche du film 3 BILLBOARDS : Les panneaux de la vengeance




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre