still_Ad-astra

AD ASTRA | Brad Pitt dans l’espace avec James Gray

Qui ?

Injustement sous-estimé par la critique américaine, James Gray demeure néanmoins l’un des cinéastes majeurs du cinéma contemporain. Après son sublime film d’aventure The Lost City of Z sorti plus tôt cette année, le réalisateur s’attelle déjà à un nouveau projet, Ad Astra, film de science-fiction tout autant ambitieux.

L’une des forces de James Gray, c’est son audace, doublée du souci de ne faire aucun compromis quant à ses choix artistiques. N’ayant jamais réellement connu le succès auprès du public, le réalisateur américain n’a pourtant réalisé que des projets qui lui sont chers, envers et contre tous. L’accueil mitigé de The Immigrant (2013) de la part de la presse européenne, qui avait pourtant défendu le cinéaste jusque là, ne l’a pas empêché de s’atteler à l’ambitieuse adaptation de The Lost City of Z : A Tale of Deadly Obsession in the Amazon (David Grann) à partir de 2009. Les producteurs restent néanmoins frileux vis-à-vis du projet. À ceci s’ajoutent les échanges plutôt pessimistes de Francis Ford Coppola, qui, fort de l’expérience chaotique du tournage d’Apocalypse Now, lui conseille de ne pas s’engager dans un tournage en pleine jungle. Mais James Gray persiste et attend patiemment six ans avant de commencer le tournage du film en 2015, pour une sortie en 2017. Véritable chef d’oeuvre, The Lost City of Z a valu à James Gray une reconnaissance relative de la part de la presse et du public américains. Le film est un succès, mais plus encore, c’est un film qui compte. James Gray ne réalise pas des films pour faire succès, mais pour produire une oeuvre qui compte. Ce dessein est la marque des grands cinéastes.

Notons que la photographie a été confiée à Hoyte Van Hoytema (Morse, Interstellar, Her) et la musique à Thomas Newman (American Beauty).

Quoi ?

Adaptation du roman éponyme de Jack Campbell, Ad Astra sera donc un film de science-fiction. Il mettra en scène Brad Pitt dans le rôle de Roy McBride, un ingénieur autiste envoyé dans l’espace afin de retrouver son père, disparu depuis vingt ans, à la suite d’une mission sur la planète Neptune. 

Producteur de The Lost City of Z, Brad Pitt avait déjà été pressenti pour jouer le rôle de Percival Fawcett, avant qu’il ne soit cédé à Charlie Hunnam, plus jeune. Le père disparu serait quant à lui joué par Tommy Lee Jones. Ruth Negga et Donald Sutherland ont été récemment ajoutés au casting.

Quand ?

Le tournage s’est déroulé durant l’été 2017 et le distributeur français 20th Century Fox prévoit une sortie le 23 janvier 2019

Pourquoi ?

Le cinéma de science-fiction « d’auteur » est en plein essor depuis le début des années 2010 : après Christopher Nolan (Inception, Interstellar), JJ Abrams (Super 8), Lars von Trier (Melancholia), Ari Folman (Le Congrès), Bong Joon-Ho (Snowpiercer), les soeurs Wachowski (Cloud Atlas), Georges Miller (Mad Max : Fury Road), Jeff Nichols (Midnight Special), Denis Villeneuve (Premier Contact) ou bien encore Ridley Scott (Prometheus), James Gray choisit également de s’adonner à la science-fiction. Il avait atteint une forme de grâce métaphysique à la fin de The Lost City of Z, qui transcendait déjà sa filmographie par rapport à tout ses films précédents. Ad Astra apparait comme un projet voulant aller encore plus loin. Gray veut donner à son oeuvre une ampleur cosmique, et on ne peut avoir de réserves face à une telle ambition.




Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des