featured_Ablations

ABLATIONS

2
Calvaire

Un homme se réveille dans un terrain vague, sans aucun souvenir de la veille, une cicatrice au bas du dos. Une ancienne maîtresse, chirurgienne, lui apprend qu’on lui a volé un rein. Obnubilé par ce vol, il va tout sacrifier pour le retrouver : sa famille, son travail… jusqu’à sombrer dans la folie.

Lynch grolandais

Réalisé par Arnold de Parscau sur un scénario de Benoit Delépine (l’homme derrière Groland), Ablations fut présenté en sélection à Gérardmer au début de l’année. Malgré cette nomination, le premier film long-métrage de ce fan de David Lynch n’est pas un thriller fantastique. Ce n’est pas non plus un « cauchemar mis en images » comme le voudraient ses auteurs. Enfin, si. C’est un cauchemar, artistique, pour le spectateur qui assiste impuissant à ce désastre qui se veut cinématographique. 

Pourtant, Denis Menochet fera tout son possible pour maintenir un semblant d’intérêt (scénaristique comme artistique). Il donne de sa personne et se démène pour retrouver son rein, essayant vainement d’apporter un peu d’intensité à un personnage antipathique et à une oeuvre qui en est vertigineusement dénuée. Le reste du casting ne se donne même pas cette peine : Ledoyen minaude et pleurniche tout le film, Serge Riaboukine et Philippe Rebbot en font des tonnes, Florence Thomassin livre une prestation digne de Sous le soleil… Que dire enfin du tandem d’illuminés campés par Philippe Nahon et Yolande Moreau ? Les deux affolés du bistouri sont si grotesques qu’ils semblent sortir d’un sketch… de Groland justement – ça vous donne une idée de la crédibilité de l’entreprise… 

Trop vite, on comprend qu’Ablations ne fera qu’accumuler poncifs et caricatures, qu’il ne contient pas une once de vraisemblance et qu’il nous faudra avaler une enfilade de couleuvres pour accepter l’oeuvre superficielle qui nous est proposée. Certains argueront qu’il s’agit de la descente aux enfers d’un homme rongé par la folie et qu’il ne faut s’embarrasser de la crédibilité… Soit. Ce serait une piètre excuse à trouver à cet objet filmique dépourvu d’inspiration et vampirisé par les influences d’un jeune cinéaste trop appliqué. Pastor a perdu un rein, le spectateur perd son temps devant cet Ablations manquant de chair. 

Reparti bredouille de ses différentes présentations festivalières, ce long-métrage devrait rapidement tombé dans l’oubli et rejoindre l’interminable liste des ébauches d’idées qu’il aurait été avisé de tuer dans l’oeuf. Ablations ne tient pas plus debout qu’un homme titubant ayant trop forcé sur la boisson. Cela tombe bien, c’est justement après une soirée beaucoup trop arrosée que le père Delépine a eu l’idée de cette histoire abracadabrantesque… Si chaque pochetron se met à écrire un scénario au moindre fantasme saugrenu et qu’il trouve même un producteur pour financer son délire imbibé, alors le cinéma français est bien mal barré. 

La fiche

thb_Ablations

ABLATIONS
Réalisé par Arnaud De Parscau
Avec Denis Ménochet, Virginie Ledoyen, Yolande Moreau…
France – Drame, Thriller
Sortie en salles : 16 juillet 2014
Durée : 94 min





0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
trackback
6 années il y a

[…] Ablations, Mister Babadook a été présenté au Festival de Gérardmer cette année dont il est reparti […]

1
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x