still_20ansdecart

20 ANS D’ECART

6
Sympathique

ALICE LANTINS A 38 ANS. ELLE EST BELLE, AMBITIEUSE ET FAIT PREUVE D’UNE IMPECCABLE CONSCIENCE PROFESSIONNELLE AU POINT D’EN OUBLIER SA VIE PRIVÉE. BREF, ELLE A TOUT POUR DEVENIR LA PROCHAINE RÉDACTRICE EN CHEF DU MAGAZINE « REBELLE », TOUT SAUF SON IMAGE DE FEMME COINCÉE. MAIS LORSQUE LE JEUNE ET CHARMANT BALTHAZAR, À PEINE 20 ANS, VA CROISER LE CHEMIN D’ALICE, LE REGARD DE SES COLLÈGUES VA INEXPLICABLEMENT CHANGER. RÉALISANT QU’ELLE DÉTIENT LA CLEF DE SA PROMOTION, ALICE VA FEINDRE LA COMÉDIE D’UNE IMPROBABLE IDYLLE.

Découvert par hasard et en présence du réalisateur et de la comédienne principale, 20 ans d’écart est le type de film même que tu vas voir pour faire une sieste ou pour éviter l’hypothermie qui te guette dans la capitale. Le problème est que ce 20 ans d’écart ne remplit pas son contrat et ne te permet pas de t’endormir puisqu’il maintient dynamiquement ton intérêt pendant les 90 minutes qu’il dure. C’est tout de même pénible le cinéma ces temps ci ! Même les croutasses françaises ne sont plus ce qu’elles sont… Moi qui pensais pouvoir paresseusement somnoler devant ce métrage dans la lignée du navrant Comme des frères – également avec Pierre Niney – je n’en ai pas eu pour mon argent (enfin, pour mon ticket illimité).

Car force est de constater que ce divertissement en est vraiment un. David Moreau réussit son coup en nous proposant l’histoire de cette journaliste qui devient cougar par accident et qui va entretenir la situation dans l’espoir de casser son image de femme carriériste trop rigide. Oui le pitch est plutôt simpliste et pas bien original – vous comprenez pourquoi je pensais pouvoir piquer du nez sans scrupules – mais la comédie tient la route grâce à deux comédiens impeccables, à un rythme régulier et à un humour sans prétention mais sans grossièreté (ou énormes bêtises/clichés) dont nous avons bien le secret en France… Virginie Efira est d’ailleurs la vraie surprise du film : charmante, pétillante et toujours juste, en plus d’être humble et drôle. Alors bien entendu, ce 20 ans d’écart n’est pas un grand film et ne cherche jamais à l’être. Il peut se percevoir comme un honorable Bridget Jones à la française et ne devra pas être attendu comme autre chose qu’un sympathique divertissement. Toutefois, il faudra bien dresser le bilan de ce mercredi matin et se poser une question dérangeante : Virginie Efira nous procurerait-elle désormais plus de plaisir cinématographique que Terrence Malick ? Inquiétant. 

DAVID MOREAU | COMEDIE, ROMANCE | FRA | 92 MIN | 6 MARS 2013 | VIRGINIE EFIRA, PIERRE NINEY



6
Poster un Commentaire

avatar
5 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
5 Auteurs du commentaire
JE FAIS LE MORT | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAdasolaChantalMate ce filmWilyrah Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
selenie
Invité
Une comédie pétillante avec beaucoup de charme mais ce n’est pas non plus un must. Un bon moment… 2/4
Mate ce film
Invité
Saloperie de film réussi!! Pas moyen de s’endormir tranquillement le nez dans le seau de pop corn!!
Chantal
Invité
C’était sympa. Niney joue vraiment très bien et Effira s’en sort plutôt bien.
dasola
Invité
Bonsoir Wilyrah, je n’ai pas boudé mon plaisir et pourtant, j’ai hésité à aller le voir car j’avais peur que cela soit une comédie française banale comme on en voit à longueur de temps. Niney et Efira sont chous tout plein. Bonne soirée.
trackback
[…] année (voire décennie) avec une ou deux comédies amusantes sans être géniales (9 mois ferme, 20 ans d’écart ou Le grand méchant loup si l’on se montre indulgent) et une avalanche de navets sans […]