featured_14-ans-premier-amour

14 ANS, PREMIER AMOUR

Délicat

C’est l’histoire d’un premier amour, éclos très jeune dans la banlieue d’une grande ville. Tels des Roméo et Juliette modernes, vivant entre les réseaux sociaux et la rue, deux adolescents voudraient s’affranchir des lois qui les gouvernent : celles de leurs parents et celles des bandes rivales qui contrôlent leur quartier. Pour pouvoir être ensemble, ils devront surmonter beaucoup d’obstacles, désobéir, oser le premier pas.

Le temps des premiers amours…

Les premières amours adolescentes constituent sans doute l’un des sujets les plus rebattus de toute l’histoire du cinéma. Ainsi, lorsque Andreï Zaytsev, jeune réalisateur russe qui signe ici son second métrage, s’attaque à ce même sujet, on se voit déjà en terrain connu sans véritable plus value. Pourtant, Zaytsez parvient à insuffler à son film une énergie à fleur de peau et une délicatesse que l’on ne voit plus souvent dans les films sur les adolescents.

14 ans, premier amour offre une peinture d’une jeunesse russe en passant par tous les passages obligés du genre : la première rencontre, les premiers rapprochements, les moments de silence gêné… Mais chacune de ces étapes est traitée avec une finesse faisant défaut à bon nombre de films. Zaytsez opte pour des personnages peu bavards : tout passe par les gestes, les regards, la musique (composée de morceaux pop choisis par les comédiens eux-mêmes), les contacts (que ceux-ci soient doux ou violents), quand ce ne sont pas les réseaux sociaux qui permettent d’établir des liens. Il faut d’ailleurs noter que c’est grâce à Vkontakte, sorte de Facebook local qui a son rôle à jouer dans le film, que le réalisateur a pu dénicher ses perles rares : lui est timide, maladroit et taciturne, quand elle est au contraire plutôt sûre d’elle, bien dans son corps et totalement consciente de l’image qu’elle renvoie. L’un et l’autre ne semblent pas avoir grand-chose en commun, et pourtant leur indéniable alchimie opère devant nos yeux.

Ces jeunes protagonistes ne sont pas les seuls auquel Zaytsev s’intéresse, car c’est là aussi que son film sort du tout venant : le cinéaste n’oublie pas qu’un enfant passant petit à petit à l’âge adulte a forcément un impact sur son entourage, et en premier lieu la maman, bouleversée de voir son fils devenir grand. Le tout nous est montré sans lourdeur ni pathos, tout simplement en filmant la peine muette d’une jeune mère prenant conscience de son propre vieillissement.

Pas complètement dénué de défauts, notamment en terme d’écriture sur certaines séquences, 14 ans, premier amour s’affirme comme une véritable curiosité venant d’un pays dont on n’a que peu souvent l’occasion de découvrir la jeunesse. Enfourchez skate, vélo ou scooter et foncez le voir !

La fiche


14 ANS, PREMIER AMOUR
Réalisé par Andreï Zaytsev
Avec Gleb Kalyuzhny, Ulyana Vaskovich, Olga Ozollapinya…
Russie – Comédie romantique
Sortie : 10 mai 2017
Durée : 
106 min




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de